Actualités Publié le

LA RSE en 2019

La RSE : Quelles perceptions et quels enjeux pour les entreprises ?

 

De plus en plus d’entreprises souhaitent s’inscrire dans une démarche de Responsabilité Sociétale (ou sociale) des Entreprises (dite RSE). Il n’est pas évident de savoir par où commencer et comment formaliser cette démarche. Récemment voté, le projet de loi Pacte prévoit de nombreuses mesures destinées à renforcer la prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux dans la stratégie et l’activité des entreprises.

La formalisation d’une démarche RSE comporte de nombreux bénéfices pour une entreprise.

La Responsabilité Sociale des Entreprises, appelée également Responsabilité Sociétale des Entreprises, est la contribution des entreprises au développement durable.

Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un équilibre entre un impact positif sur la société, le respect de l’environnement et son efficacité économique. La Commission Européenne définit la RSE comme “l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes”.

C’est donc une démarche de performance globale qui nécessite une implication managériale et un engagement au quotidien.

Toutes les entreprises peuvent mettre en oeuvre une démarche de RSE quels que soient leur taille, leur statut ou leur secteur d’activité.

Selon une étude menée par France Stratégie, les entreprises qui disposent d’une bonne stratégie de RSE sont en moyenne 13% plus performantes que les autres. Cependant, selon l’enquête de 2019 réalisée par Ipsos, 49% des salariés français ignorent ce qu’est la RSE.

La RSE n’a pas pour unique but d’instaurer des mesures destinées à réduire son impact environnemental ou à améliorer son impact social. Lorsque celle-ci est bien mise en place et qu’elle repose sur des bonnes pratiques, elle a le potentiel d’améliorer le fonctionnement global de l’entreprise : de la rendre plus efficace, plus résiliante et plus agile. Pour ces raisons, la RSE est considérée comme un facteur de gain de productivité et de performance pour les entreprises.

 

La RSE reste vague pour les salariés

 

La RSE reste une mesure assez vague pour les salariés français. En effet, 51% des salariés interrogés déclarent avoir une idée sur ce qu’est la RSE tandis que seulement 12% affirme savoir précisément de quoi il s’agit.

Pour les salariés français, la RSE est perçue comme une forme d’engagement. La principale raison est, selon eux, d’améliorer l’image de l’entreprise.

Pourtant, la RSE est un véritable levier de performance pour les entreprises françaises.

 

Louis MARTY, Fondateur Merci Handy évoquait son expérience lors d’une conférence à propos de la RSE : “J’ai essayé de présenter à mon équipe une organisation collaborative versus hiérarchique, et j’ai dû revenir en arrière avec une présentation plus pyramidale. J’ai vu que ce point était encore difficilement accepté par mes équipes.”

Beaucoup de salariés ne voient pas en la RSE une transformation systémique de production. Pourtant, l’enjeu de la RSE est de trouver un modèle de production et un modèle d’affaires durable, qui permettrait de créer de la valeur sur le long terme avec une utilité sociale et un vrai impact positif sur la société.

Pour Marie-Hélène POLLONI, Consultante RSE, les attentes des salariés en terme de management ont beaucoup évolué. Les salariés recherchent de l’accomplissement, du leadership. Les salariés sont en attente d’un manager qui va les aider à grandir et s’accomplir. Le fait de mieux considérer les êtres humains dans l’entreprise a un impact sur le sens que chacun attribue à son travail, donc sur son bien-être, sa motivation et sa productivité. Cela peut se traduire par une chute de l’absentéisme ou une plus grande fidélité des salariés.

Le principal moteur de la RSE : l’image de l’entreprise

 

3 salariés sur 4 estiment que leur entreprise agit pour apporter du sens et des solutions aux enjeux sociétaux. Cependant, selon les salariés français, l’engagement de l’entreprise serait en premier lieu motivé par une volonté d’améliorer son image (55%), avant de progresser sur la dimension éthique de ses activités (46%), et de répondre à ses obligations légales (39%).  Une politique ambitieuse et bien pensée de RSE a un impact positif sur l’image de marque de l’entreprise.

Xavier GINOUX, Fontateur Openmind Kfé explique que l’aspect social a toujours fait partie de sa démarche, il a pris le risque d’expliquer à ses actionnaires qu’il souhaitait proposer ses espaces gratuitement sur certaines périodes creuses, à des associations solidaires plutôt que de les commercialiser.

 

L’engagement des entreprise pour la RSE

 

Les salariés jugent que les actions RSE de leur entreprise impactent positivement sa notoriété et son image (45%), la qualité des relations avec ses clients (41%) et son attractivité (40%). Au contraire, la méthode RSE des entreprises n’est pas un facteur de motivation pour ces salariés, au quotidien, ni de projection à moyen terme dans leur organisation (avec des impacts respectifs de 38 et 39%). Afin d’être plus reconnue, la RSE va devoir répondre à certains enjeux et s’imposer comme un sujet clé.

 

Selon Isabelle LE, Directrice communication France Ipsos, il existe différents types d’entreprises : celles de l’ancien modèle qui sont en train de se transformer et les entreprises qui se sont construites et ont intégré la RSE dans leur démarche. En effet, les grandes entreprises seront obligées d’être plus sociales pour attirer ces jeunes talents et répondre aux besoins des clients.

Pour Michaël TROQUET GESLIN, Responsable Développement Label Lucie (principal label RSE), la RSE est souvent perçue comme quelque chose d’abstrait, les salariés recherchent des éléments concrets et ont envie d’apporter leur pierre à l’édifice. La vision de la politique RSE est claire au niveau du top management mais plus flou quand on descend dans la hiérarchie.

 

Les entreprises doivent donc développer plus de pédagogie et sensibiliser toutes les parties prenantes afin de faire de leurs salariés, de réels ambassadeurs. Ils pourront ainsi être les principaux acteurs de leur politique RSE.

Quels sont les bénéfices de la RSE ?

La RSE permet à l’entreprise de mieux répondre à certains défis : approvisionnement, environnement, demande de transparence… Cette démarche de responsabilité sociale permet de répondre aux attentes des parties prenantes de l’entreprise (clients, actionnaires, fournisseurs etc.).

Savoir gérer les risques et saisir les opportunités

La démarche RSE permet tout d’abord d’identifier les zones de gaspillage, quel que soit son secteur d’activité. À commencer par les ressources internes évidentes telles que la consommation d’énergie, de papier, de carburant pour les véhicules du personnel…

Mais mettre en place une stratégie RSE permet aussi de réduire les risques. La RSE est un outil clé pour prévenir et maîtriser les risques environnementaux, sociaux ou de gouvernance. Grâce à l’évaluation de l’impact des activités de l’entreprise en matière environnementale et sociétale, celle-ci pourra mieux identifier et maîtriser les risques auxquels l’entreprise pourrait être confrontée.

Une meilleure intégration sur les marchés

Un autre avantage de la Responsabilité Sociale des Entreprises est qu’elle peut servir d’outil pour identifier les fournisseurs ou partenaires fiables.

Davantage d’entreprises intègrent à leurs cahiers des charges certains labels ou certains principes de la RSE. Les marchés responsables publics et privés se développent. Les entreprises engagées dans une démarche RSE se différencient et y ont un avantage concurrentiel.

 

Les entreprises de plus de 500 salariés incitées à publier un rapport RSE annuel, cherchent progressivement à améliorer leurs indicateurs. Plus l’entreprise se fournit auprès d’entreprises engagées dans une démarche RSE, meilleure sera sa perception auprès des clients et des partenaires.

 

Améliorer l’engagement et la satisfaction des salariés

 

De nos jours, 49% des salariés français ignorent ce qu’est la RSE. Elle reste une notion assez floue pour les salariés, tant sur les perceptions que sur les enjeux qu’elle recouvre. Selon Xavier Ginoux, “la transformation RSE est bien plus globale qu’une transformation sociale, ce sont les mentalités qui doivent changer. Beaucoup de salariés ne sont pas toujours prêt pour changer de mode de fonctionnement”.

De plus en plus de salariés souhaitent intégrer une entreprise disposant d’une stratégie de RSE. Ils veulent savoir comment leur entreprise s’engage pour l’environnement et l’intérêt général. Aujourd’hui, les jeunes salariés sont plus concernés par cette information, 27% d’entre eux estiment que leur entreprise est “en retard” sur la RSE. Ils désirent particulièrement travailler dans des entreprises responsables avec une politique RSE concrète et cohérente.  Ils s’épanouiront davantage dans une structure RSE qui donne du sens, favorise de bonnes relations professionnelles et améliore leur qualité de vie au travail. Selon Isabelle LE (Ipsos), il existe différents types d’entreprises : celles de l’ancien modèle qui sont en train de se transformer et les entreprises qui se sont construites et ont intégré la RSE dans leur démarche. En effet, les grandes entreprises seront obligées d’être plus sociales pour attirer ces jeunes talents et répondre aux besoins des clients.

 

Le fait de mieux considérer les êtres humains dans l’entreprise a un impact sur le sens que chacun attribue à son travail, donc sur son bien-être, sa motivation et sa productivité. Cela peut se traduire par une chute de l’absentéisme ou une plus grande fidélité des salariés.

Enfin, la mise en place d’une démarche RSE procure de nombreux avantages souvent concrets et à la portée de toute entreprise, quelque soit le secteur d’activité de celle-ci.

 

Étude Ipsos pour Openmind Kfé menée du 24 septembre au 12 octobre 2018 en ligne auprès de 870 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française.

Retour

Nos autre articles

Vos paramètres de cookie

Qu'es ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d'être enregistré dans un espace dédié du disque dur de votre terminal (ordinateur, tablette, smartphone, etc.) à l'occasion de la consultation d'un service en ligne grâce à votre navigateur. Un cookie permet à son émetteur d'identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité du consentement qui n’excède pas 13 mois.
Vous pouvez accepter ou refuser les cookies listés, ci-dessous, via la case prévue à cet effet. Vous pourrez à tout moment modifier vos préférences en vous rendant dans la section "Mentions légales" en bas de page du site openmindkfe.fr

Cookie à des fins de fonctionnement du site (obligatoire)

Ces cookies sont nécessaires pour assurer le fonctionnement optimal du site et ne peuvent être paramétrés. Ils nous permettent de vous offrir les principales fonctionnalités du site (langue utilisée, résolution d’affichage, accès à votre compte, panier d’achat, liste de souhaits, etc.), de vous conseiller en ligne ou encore de sécuriser notre site contre les fraudes éventuelles.

Cookies à des fins d'analyses statistiques

Ces cookies servent à mesurer et analyser l’audience de notre site (volume de fréquentation, pages vues, temps moyen par visite, etc.) ; et ce afin d’en améliorer la performance. En acceptant ces cookies, vous contribuez à l’amélioration de notre site.

Cookies à des fins de personnalisation de l’expérience openmind kfé

Ces cookies nous permettent de vous recommander, en ligne ou en magasin, des produits, des services et des contenus qui répondent au mieux à vos attentes et préférences. En acceptant ces cookies, vous bénéficiez d’une expérience enrichie et personnalisée.

Cookies publicitaires et réseaux sociaux

Ces cookies sont utilisés pour que les publicités Openmind KFé qui apparaissent sur des sites tiers, y compris sur les réseaux sociaux, soient adaptées à vos préférences, ainsi que pour mesurer l’efficacité de nos campagnes. Si vous désactivez ces cookies, des publicités (y compris les nôtres) continueront de s’afficher lors de vos navigations Internet qui ne tiendront néanmoins pas compte de vos centres d’intérêts et seront donc moins pertinentes.
Pour en savoir plus sur notre politique en matière de cookies, consultez notre Politique d’utilisation des cookies